Ce qui est proposé


Que me propose-t-on pour répondre à mes besoins de chaleur et répondre aux enjeux précités ?

Contrairement aux envies, qui peuvent être non-assouvies sans autres conséquences directes qu’une gêne plus ou moins aigues (les jacuzzis, les soirées dansantes...) se chauffer est un besoin (sous nos latitudes). On ne peut donc pas se contenter de “s’en passer” purement et simplement. Alors quelles solutions avons-nous ?

Hors SlowHeat (rénolution OU la retenue)

Pour chauffer moins on peut isoler, remplacer ses châssis, installer une ventilation double flux et/ou remplacer sa chaudière par une plus performante. Toutes ces dispositions reviennent à conserver le principe du chauffage central en faisant en sorte que cela “pique” moins en fin d’année. À Bruxelles le plan de rénovation global porte le nom de “rénolution”.

Ce grand plan de rénovation décrit les objectifs et les moyens d’y arriver d’ici à 2050.

Il faudra le faire à une cadence infernale (le plan prévoit de tripler la main d’œuvre, le taux de rénovation et les matériaux engloutis ; ce qui n’est pas une mince affaire) et intelligemment (avec des matériaux biosourcés, renouvelables...mais aussi en priorisant les interventions).

Même si tout se passe sans embuches, le plein potentiel ne sera pas atteint avant des décennies. A ce moment-là nous consommerions en moyenne deux à trois fois moins, probablement à peine de quoi compenser l’évolution des prix d’ici là. Si tout se passe bien, en 2050 tous les logements auront été rénovés mais ça ne s’arrête pas là. Les premiers logements à avoir été rénovés auront probablement besoin d’une remise en état quasi-totale des installations et des isolants, de sorte que c’est une boucle sans fin qui s’engage.

Rénover c’est mobiliser beaucoup de matériaux et dépenser en moyenne 100 000€ sur 30 ans (±250-300€ par mois) pour maintenir ses factures probablement inchangées. Que cet argent soit privé ou public n’y change pas grand-chose, ce sera toujours au détriment d’autres intérêts c’est pourquoi la rénovation doit être pertinente et adaptée plutôt que systématique et standardisée. Mettre les moyens humains et matériels (qui sont par nature limités) là où ils ont le plus fort impact positif.

Hors SlowHeat on peut aussi faire des efforts, des concessions avec le système de chauffage en place mais nos recherches montrent que la marge d’économie est limitée, l’effort est constant et la tentation de remonter d’un degré nous guette.

Et SlowHeat alors ?

Dans SlowHeat on quitte l’idée de vivre avec un système qu’on n’a pas le droit d’utiliser à son plein potentiel mais seulement dans un mode “dégradé”, un peu comme si vous deviez rouler au pas avec une Ferrari, c’est frustrant ! L’idée c’est d’inventer, d’imaginer un système différent dans lequel on peut “y aller”, être libre et pas dans la retenue constante. Et c’est vachement plus chouette de rouler à fond à vélo, cheveux aux vents, qu’en zone trente avec son SUV, on vous l’assure ! Pour le chauffage c’est pareil !

Alors bien sûr le passage de l’un à l’autre n’est jamais évident, c’est pourquoi nous ne nous contentons pas de décrire notre philosophie du chauffage, nous vous donnons également, pas à pas les clés pour y parvenir en vous partageant l’expérience que nous avons acquise depuis que nous avons commencé à explorer ce nouvel horizon en 2020.

Contrairement à la rénovation, vous pouvez vous y mettre dès aujourd’hui en poursuivant la lecture de ces fiches. À l'opposé de discours sur les "efforts à fournir", ici, vous ne devez pas revenir en arrière et baisser votre confort, avec Slow Heat, c’est vers la nouveauté que vous vous tournez avec plein de choses à découvrir, apprendre, explorer, manipuler... <