Le comportement vestimentaire des Belges dans leurs logements, et son importance !

Parmi les paramètres qui sont traditionnellement liés au confort thermique, on retrouve:

  1. Le métabolisme, qui est la production de chaleur interne au corps humain qui varie notamment en fonction de notre activité, de notre âge et du moment de la journée.

  2. La température ambiante de l’air.

  3. La température moyenne des parois. qui est tout autant impactante que la température de l'air.

  4. L’humidité relative de l’air.

  5. La vitesse de l’air, qui en augmentant intensifie notre perte de chaleur (si l'air est moins chaud que notre peau).

  6. L’habillement, qui offre une résistance thermique et limite les pertes de chaleur de la surface de la peau vers l’environnement.

L'habillement est un paramètre important de cette équation. Entre le corps nu et la combinaison d'expédition polaire, il existe un éventail infini d'habillement grâce auquel nous pouvons être confortables à des températures très différentes.


Le vêtement est une solution performante avec un cout et un impact environnemental faible par rapport au confort qu'il apporte.


Mais depuis que l'on porte des vêtements son rôle a beaucoup évolué...


Article inspiré de - et figures reprises de :

Clothing behaviour in Belgian homes

Silke Verbruggen, Els De Ceuster, Marc Delghust and Jelle Laverge

E3S Web Conf., 172 (2020) 06006

DOI: https://doi.org/10.1051/e3sconf/202017206006


Le niveau d’habillement des occupants est caractérisé par une valeur relative, exprimée en “clo”, l’unité d’habillement dont voici quelques valeurs indicatives partagées par le site énergie +.