Le comportement vestimentaire des Belges dans leurs logements, et son importance !

Parmi les paramètres qui sont traditionnellement liés au confort thermique, on retrouve:

  1. Le métabolisme, qui est la production de chaleur interne au corps humain qui varie notamment en fonction de notre activité, de notre âge et du moment de la journée.

  2. La température ambiante de l’air.

  3. La température moyenne des parois. qui est tout autant impactante que la température de l'air.

  4. L’humidité relative de l’air.

  5. La vitesse de l’air, qui en augmentant intensifie notre perte de chaleur (si l'air est moins chaud que notre peau).

  6. L’habillement, qui offre une résistance thermique et limite les pertes de chaleur de la surface de la peau vers l’environnement.

L'habillement est un paramètre important de cette équation. Entre le corps nu et la combinaison d'expédition polaire, il existe un éventail infini d'habillement grâce auquel nous pouvons être confortables à des températures très différentes.


Le vêtement est une solution performante avec un cout et un impact environnemental faible par rapport au confort qu'il apporte.


Mais depuis que l'on porte des vêtements son rôle a beaucoup évolué...


Article inspiré de - et figures reprises de :

Clothing behaviour in Belgian homes

Silke Verbruggen, Els De Ceuster, Marc Delghust and Jelle Laverge

E3S Web Conf., 172 (2020) 06006

DOI: https://doi.org/10.1051/e3sconf/202017206006


Le niveau d’habillement des occupants est caractérisé par une valeur relative, exprimée en “clo”, l’unité d’habillement dont voici quelques valeurs indicatives partagées par le site énergie +.

L'Université de Gand, a observé les valeurs suivantes lors de son enquête réalisée en mars et avril 2019:


On y remarque que la température intérieure du logement impacte tendanciellement l'habillement, mais peu; à moins que ce ne soit l'habillement qui induise un choix de température plus ou moins élevé?

On remarque par ailleurs une grande variété d'habillements pour une même température.


Continuant leur étude, ils n'ont pas soulevés de différences significatives entre les hommes et les femmes en intérieur, ils ont toutefois remarqués que l'habillement extérieur des Hommes varie peu en fonction de la météo (ils s'habillent toujours pareil) tandis que les Femmes adaptent leur habillement à la météo.

Hommes en bleu, Femmes en rouge

Ensuite, entre les groupes d'âges, ils ont pu remarquer une tendance significative à un habillement plus chaud chez les personnes plus âgées. Ils lient cela à une plus grande sensibilité au froid des personnes âgées et une envie plus marquée chez les jeunes de mettre des vêtements qu'il aime bien, même s'ils sont légers.


Ce qui est frappant au travers de tous ces graphiques c'est la valeur CLO en elle même. En moyenne, le Belge porte sur lui 0,58Clo, ce qui correspond à une tenue d'été relativement légère...


Rappelons qu'une baisse d'un degré permet une économie de l'ordre de 10% !

Or nous savons que pour des activités calmes (être assis, lire...) l'ajout de 0,17Clo permet de baisser la température d'1°C tout en conservant le même niveaux de confort thermique. 0,17Clo cela correspond par exemple à un polo ou un fin t-shirt à longue manche.

Transformer sa pratique de chauffe c'est aussi se réapproprier le vêtement, le choisir parce qu'il nous plait mais AUSSI pour ses propriétés thermiques et pratiques.


Il faut renverser l'idée que c'est la température qui doit s'adapter à nos vêtements. En effet, dans certaines limites, ne serait-ce pas plutôt à nos vêtements de s'adapter aux températures? On ne parle pas ici de mettre 10 t-shirts à longues manches les uns sur les autres jusqu'à ne plus savoir bouger ou respirer mais il existe milles et une façons de composer son habillement pour gagner quelques CLO, quelques degrés et beaucoup d'énergie.


Si le belge passait de 0,58Clo en moyenne à 1,09Clo (T-shirt, chemise à manches longues, pantalon, pull-over à manches longues, chaussettes épaisses et chaussures) il pourrait baisser sa température de 3°C et réduire sa consommation d'environ 30% sans perdre en confort !


Dans SlowHeat, les cochercheurs portent en général de 1 à 1,5 Clo quand il fait froid. Ce qui est atteint assez facilement avec des sous-vêtements thermiques, des bonnes chaussettes et un gros pull. À la maison et pourquoi pas ailleurs?, le training épais et les "grenouillères" pour adultes sont également des bons compagnons.





La liste, ci-après, disponible sur https://www.engineeringtoolbox.com/clo-clothing-thermal-insulation-d_732.html

permet de se faire une idée pour soi :