Les plans préventifs et d'urgence dont dispose la Belgique pour faire face à d'éventuels soucis.


La plan de prévention:
Preventive-Action-Plan-Belgium-Gas-Supply
.pdf
Download PDF • 2.94MB

Dont voici quelques éléments :

  • Une panne au point d'entrée du réseau de gaz "pauvre" entrainerait un risque élevé pour l'approvisionnement (moins de 20% du gaz pourrait être acheminé). Une analyse plus approfondie qui tient compte du détail de l'installation permet d'atténuer le risque en jouant sur certains paramètres mais le flexibilité en ce point est faible.

  • Dans le scénario d’un blackout à grande échelle, les points d'interconnexion du Zeepipe (depuis la Norvège) et de ‘s Gravenvoeren (depuis les Pays-Bas) , ainsi que le terminal GNL de Zeebrugge et le stockage souterrain de Loenhout, devraient encore être opérationnels. Celles-ci suffiraient pour alimenter les 5 centrales électriques «black-start» en Belgique et permettre à Elia de conduire la phase de récupération et de reconstruire leur réseau.

  • Les stress tests sont effectués sur une journée de forte demande avec -11°C dehors.

  • Pour soulager le réseau en cas de soucis, un statut d'usager protégé ou non a été mis en place. Les usagers résidentiels que nous sommes sont considérés comme "protégés" par défaut. La part des usagers non résidentiel avec un contrat non protégé, et donc interruptible en cas de soucis, est très faible (<5%). De façon générale, le part des usagers que l'on peut couper en cas de soucis (contre rétribution ou rabais) est très faible.

  • Les stocks de gaz doivent être remplis à plus de 90% au 1er Novembre.

  • La sortie du nucléaire n'impacte pas sensiblement la résilience du réseau.

  • Il existe un stockage souterrain de Gaz à Loenhout d'une capacité de 8 TWh (à titre de comparaison, la Belgique a importé 190,7 TWh sous forme de gaz naturel en 2020)

  • Nous avons un terminal GNL (gaz naturel liquéfié) qui permet d'accueillir le les méthaniers (genre de supertanker rempli de GNL) Qatari par exemple mais également du reste du monde puis de l'injecter dans notre réseau.

La plan d'urgence: