Quel est l'enjeu?

Les enjeux qui nous poussent à transformer rapidement nos pratiques de chauffe sont nombreuses. Il est important de partager ce socle de compréhension pour pouvoir avancer ensemble en tant que société dans cette démarche. Il est certain que d’une personne à l’autre ces enjeux ne raisonneront pas de la même manière. Tantôt la motivation sera l’autonomie et la sécurité, pour d’autre ce sera la protection de la biodiversité et la lutte contre le réchauffement climatique, pour d’autres encore ce seront les enjeux sociaux, économiques et géopolitiques qui feront figure de porte-drapeau. Peu importe la raison qui nous mets en marche, l’important est de s’allier et se mettre en route vers un même objectif.

Aujourd’hui, seule une minorité pourra être convaincue que la pratique SlowHeat est plus vertueuse, agréable, épanouissante que la pratique classique. Ce n’est qu’en connaissant en quoi elle diffère et ce qu’elle nous permet d’éviter (d’encore plus déstabilisant) que l’incitant à changer existera.

Pour découvrir le diagnostic que nous posons et les défis liés à nos pratiques de chauffage, nous vous invitons à lire la brochure que nous avons éditée en novembre 2021.

Objet-3-Diagnostique-NOVEMBRE
.pdf
Download PDF • 4.22MB

En voici un résumé:

  • Nous sommes addicts à la chaleur, elle sous-tend nos activités sociales et économiques. Sans elle, à ce stade, nous tomberions dans la précarité et la misère très rapidement.

  • La consommation de chaleur résidentielle est responsable d’environ 1/3 des émissions directes de GES (gaz à effet de serre) de la Région de Bruxelles-Capitale. L’impact sanitaire et climatique est important.

  • 84% de l’énergie consommée dans les logements sert à produire de la chaleur.

  • Le gaz alimente le chauffage de 73% des Bruxellois et la production d’eau chaude sanitaire de 80% des Bruxellois selon les derniers chiffres disponibles (2018).

  • Ceci est dû au fait que nous produisons et conservons la chaleur à l’échelle du logement entier (notre corps représente un infime fraction de ce qui est chauffé) et que cette chaleur est produite à des niveaux importants (e.g. : 19-23°C).