Regard neuf sur les vêtements

Dernière mise à jour : 28 sept.

L'idée de cette fiche n'est pas d'enfoncer des portes ouvertes. Un vêtement ça tient chaud, plus on en met des gros, des longs et des isolants, moins on se refroidit. Rien de neuf sous le soleil.


Quelques réflexions et éléments moins connus peuvent néanmoins vous apporter un nouveau regard sur les vêtements et vous amener plus loin dans la réflexion.


Parmi les paramètres qui sont traditionnellement liés au confort thermique, on retrouve:

  1. Le métabolisme, qui est la production de chaleur interne au corps humain qui varie notamment en fonction de notre activité, de notre morphologie, de notre âge et du moment de la journée.

  2. La température ambiante de l’air.

  3. La température moyenne des parois. Cette dernière est tout autant impactante que la température de l'air.

  4. L’humidité relative de l’air.

  5. La vitesse de l’air qui en augmentant intensifie notre perte de chaleur (si l'air est moins chaud que notre peau).

  6. L’habillement qui offre une résistance thermique et limite les pertes de chaleur de la surface de la peau vers l’environnement.

L'habillement est un paramètre important de cette équation. Entre le corps nu et la combinaison d'expédition polaire, il existe un éventail infini d'habillements grâce auquel nous pouvons être confortables à des températures très différentes.


Le niveau d'habillement, ça se mesure !

Le niveau d'isolation de l’habillement est caractérisé par une valeur, exprimée en “clo”, dont voici quelques valeurs indicatives partagées par le site énergie +.


Le vêtement est donc une solution performante avec un coût et un impact environnemental faible par rapport au confort qu'il apporte.


Mais depuis que l'on porte des vêtements son rôle a beaucoup évolué...


Comment les Belges s'habillent-ils en hiver?

Article inspiré de - et figures reprises de : Clothing behaviour in Belgian homes Silke Verbruggen, Els De Ceuster, Marc Delghust and Jelle Laverge. E3S Web Conf., 172 (2020) 06006. DOI: https://doi.org/10.1051/e3sconf/202017206006



Les chercheurs ont remarqué que la température intérieure du logement impacte tendanciellement l'habillement, mais peu; à moins que ce ne soit l'habillement qui induise un choix de température plus ou moins élevé? Ils remarquent par ailleurs une grande variété d'habillements pour une même température.


Continuant leur étude, s'ils n'ont pas soulevés de différences significatives entre les hommes et les femmes en intérieur, ils ont toutefois remarqués que l'habillement extérieur des hommes varie peu en fonction de la météo (ils s'habillent toujours pareil) tandis que les femmes adaptent légèrement leur habillement à la météo.


Ensuite, entre les g