Acerca de

SlowHeat@LOCI

De Quoi s'agit-il?

D’une expérience visant à mesure l’impact sur le confort et les consommations d’énergie de modification des « usages thermiques ». Elle se déroule sur le site de Saint-Gilles de la Faculté d’Architecture, d’Ingénierie Architecturale, d’Urbanisme (LOCI) de l’UCLouvain.

sss.jpg

Quel est l'objectif?

Démontrer qu’il est possible de maintenir la satisfaction des occupants tout en réalisant d’importantes économies d’énergie, grâce à une réflexion sur les conditions d’ambiance offertes par le bâtiment. 

En particulier, dans notre cas, il s’agit de sortir de l’uniformité des températures (globalement, tout le bâtiment est chauffé de la même façon), pour trouver une meilleur correspondance entre ambiances, espaces et usages. 
 

Il s’agira par exemple de travailler sur : 

  • Un arrêt du chauffage dans les lieux de passage : couloirs, halls, renfoncements, … : cela renforcera le contraste entre ces espaces de passage et les lieux de travail ou d’enseignement, destinés à une occupation plus longue.

  • Un basculement du système de chauffage de certains locaux peu utilisés : matériauthèque, local d’impression, bureaux au 4eme étage du bâtiment arrière : ces locaux ne sont utilisés que très ponctuellement, mais maintenus en température en permanence. Nous proposerons pour ces lieux des systèmes de chauffage alternatifs basés sur un apport de chaleur directement sur la personne (radiants), avec une gestion fine dans le temps.

  • Un renforcement du rôle de la palmeraie comme espace tampon : ce volume couvert est un espace intermédiaire entre l’intérieur et l’extérieur. Dans quel mesure peut-on, grâce à lui, arrêter de chauffer les locaux qui le bordent ? Typiquement, les ateliers d’architecture sont actuellement équipés de radiateurs sur leurs façades extérieures comme sur leur façade côté patio. Peut-on déconnecter tout ou partie de ces derniers ? Cela génère-t-il des variations de températures entre côtés de l’ateliers ? Et si oui, ces variations permettent-elles à chacun de trouver son bonheur thermique ?

En pratique...

L’expérience commencera dans le courant du mois de février, en fonction des arrivage de matériel, et après une période de mesure « de référence » : températures intérieures, consommations de gaz et d’électricité,… Cette période servira également à réaliser une enquêtes de satisfaction thermique auprès des enseignants et étudiants. 

Les adaptations décrite ci)dessus seront ensuite mise en œuvre, avec éventuellement quelques jours de « rodage » pour affiner les choses. La situation modifiée sera ensuite testée pendant 2 à 3 semaines, en fonction des conditions météorologiques.

 

Températures et consommations seront suivies en continu. Une ou plusieurs enquêtes de satisfaction seront réalisées pour mesurer le niveau de satisfaction, et l’évolution de celui-ci ? Est-ce qu’une situation moins confortable le reste dans le temps ? est-ce que l’enthousiasme d’une expérience se dilue progressivement ?

Les résultats seront bien évidemment partagés avec toute la communauté de site.

Une fois l’expérience achevée, nous reviendrons, ou non, aux conditions initiale. Ce sera à la communauté de site de se prononcer. L’expérience, ou certaines aspects de celle-ci, pourraient devenir la norme, et essaimer en automne vers d’autres sites de la faculté et de l’université.
 

Aller plus loin !

Si pour un cours, atelier, séminaire particulier, vous souhaitez aller plus loin dans l’expérience, merci de prendre contact avec geoffrey.vanmoeseke@uclouvain.be.

Des exemples ?

Pourquoi ne pas renoncer complètement au chauffage central de son local de cours, pour basculer vers des systèmes chauffant directement les corps. Est-ce que l’efficacité du systèmes alternatif compense l’impact environnemental du passage à l’électricité ? Est-ce aussi, moins ou plus confortable ? Est-ce compatible avec l’organisation d’une enseignement ?

Pourquoi ne pas envisager une températures réduite dans l’atelier, mais proposer une « bulle de chaleur » où l’on peut faire un break ?

ppp.png

FAQ

Va-t-on avoir froid?

A priori non. Le but n’est pas de se mettre en inconfort thermique. Mais il est possible que, pour rester en confort, il faille adapter certaines usages des locaux. L’objectif de l’expérience est précisément d’identifier les changements que les modifications d’ambiances thermiques induisent.  

Contact ?

Toute question et remarque sont à adresser à geoffrey.vanmoeseke@uclouvain.be

Remerciements

Cette expérience est réalisée avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, et l’appui financier de l’ARES, dans le cadre de l’appel à projets « Développement Durable » 2022.
Elle est également soutenue par le Plan Transition de l’UCLouvain, et les autorités de la faculté LOCI et de l’Institut LAB.

LOGO1.png
ares.png
logo-transition.png
LAB_logo_mini.jpg