top of page

Sécher son linge...

"Si je chauffe moins, mon linge ne sèche pas et dégage une odeur désagréable !"


Les vêtements, essentiels pour nous tenir au chaud, méritent une attention particulière. Il serait regrettable que leur entretien devienne une corvée, que ce soit à cause d'un séchage trop long ou d'odeurs de renfermé.

Premièrement, il est important de comprendre que l'eau ou l'humidité en soi ne sentent pas mauvais. Ce sont en réalité les bactéries qui provoquent ces odeurs désagréables sur le linge lavé.


First things first: Éviter le nid à bactéries.

Une machine à laver (un espace clos, chaud et humide, dans lequel on jette des choses sales) est un vrai nid douillet à bactéries. Pour se prémunir de celles-ci et de leurs odeurs lorsqu'elles se développent, il faut premièrement s'assurer que la machine soit propre, entretenue et bien aérée entre les machines (éviter de fermer le hublot). Ensuite, l'usage de détergeant de qualité et en dose adaptée à la quantité de saleté participe également à assainir les vêtements et la machine à laver. Une machine à haute température de temps en temps, pour le essuis de bain par exemple, permet également de faire le ménage dans la machine. Néanmoins, si ce minimum propreté de base permet d'éviter de transformer notre machine en bombe bactériologique, il ne faut pas tomber dans l'excès et chercher à tout aseptiser à grande dose de produits nocifs pour nos eaux, notre peau et nos vêtements. Déjà car c'est peine perdue puis car ce n'est pas nécessaire non plus.


Eviter le développement des bactéries.

Si la densité de bactérie est contenue, il ne vous reste plus qu'à éviter leur croissance et leur développement dans un milieu trop propice. Il faut donc, au plus vite, permettre au linge de s'aérer et sortir de la tiédeur humide du tambour. Ensuite, il faudra que le linge sèche dans un délais d'autant plus rapide qu'il fait chaud et humide. On aura ainsi bien plus de risque de développement des bactéries et des odeurs pour du linge séchant dans une pièce non ventilée et chauffée et 25°C que dans une pièce fraiche et ventilée.


Comment sécher du linge?

En le chauffant pardi ! Ou plutôt en le ventilant ?

Et bien... pas que. Le séchage c'est une branche assez complexe de la physique qui fait l'objet de recherches scientifiques très sérieuses. Et pour sécher du textile nous avons théoriquement l'embarras du choix, comme en témoigne le schéma ci-dessous.

source: Kyle R. Gluesenkamp, Viral K. Patel & Ayyoub M. Momen (2020) Efficiency limits of evaporative fabric drying methods, Drying Technology, 39:1, 104-124, DOI: 10.1080/07373937.2020.1839486


D'ailleurs, dans cette étude, en regardant les conclusions présentées dans le graphique ci-dessous, on s'aperçoit également que sans surprise la technique la plus efficace est le séchage naturel (NAD). Pour lire le graphique, comprenez que plus la technologie est vers le haut, plus elle arrive à sécher beaucoup avec peu d'énergie. Ensuite, plus un élément sera vers la droite, plus il faudra du temps pour sécher une certaine quantité de linge (3,83kg) dans des conditions expérimentales (25°C, 50% RH).


source: Kyle R. Gluesenkamp, Viral K. Patel & Ayyoub M. Momen (2020) Efficiency limits of evaporative fabric drying methods, Drying Technology, 39:1, 104-124, DOI: 10.1080/07373937.2020.1839486

En dehors de séchage naturel, parmi les techniques matures, on voit clairement qu'un séchoir récent, avec un bon label et équipé d'une pompe à chaleur (HPD) occupe la seconde place et qu'une large marge de progression reste atteignable. Le chauffage par forçage d'air non chauffé (en jaune) a également un potentiel important d'efficacité si on accepte des durées de séchage un peu plus longues.

Notons également que de façon transversale, rapidité de séchage et efficacité ne vont pas ensemble. Soit on va vite, soit on est efficace. Ainsi, pour consommer peu, il faudra accepter de prendre plusieurs heures pour obtenir un linge sec.

Retenons encore de ce détour par la littérature que pour sécher du linge on peut, à notre échelle :

  • Le centrifuger (dans le tambour d'une machine)

  • Mettre l'air qui l'entoure en mouvement et s'assurer que l'air qui l'entoure ne soit pas saturé d'humidité et le déchargeant (avec une ventilation ou une fenêtre ouverte, éventuellement un déshumidificateur)

  • Chauffer activement le linge pour évaporer la chaleur (avec un séchoir ou en chauffant le linge dans une pièce en veillant alors à évacuer l'eau évaporée par la chaleur, en ventilant ou en déshumidifiant).


Quelles sont les solutions les plus efficaces dans un logement slowheat?

  1. Mettre le linge dans une pièce que l'on peut bien ventiler sans trop refroidir le reste du logement (une buanderie, un garage, une terrasse couverte, une véranda...).

  2. Espacer les machines en remettant des vêtements qui sont encore propres, en aérant les laines et autres vêtements adaptés plutôt que de les laver systématiquement à l'eau.

  3. Essorer correctement avec la machine (mais pas trop non plus en fonction des fibres)

  4. Bien entretenir sa machine et mettre une dose suffisante de détergeant pour limiter les bactéries et s'ouvrir une fenêtre de temps plus longue pour un séchage sans odeurs.

Si ce n'est pas possible, parce qu'on ne dispose pas d'une pièce adaptée, que ce jour-là on ne veut pas voir notre étendoir dans le salon, qu'il y a trop de linge, pas le temps... alors il faut savoir que:

  1. Un bon séchoir récent avec une pompe à chaleur. Cela consomme environ 1 "gros" kWh (±0,4€) par cycle. Ce n'est pas rien mais tout n'est pas perdu car c'est également 1 kWh de chaleur que l'on récupère chez soi et que la chaudière ne consommera théoriquement pas. Un sèche-linge, finalement, bien qu'il soit parfois diabolisé par les puristes, c'est l'idée de "sécher les vêtements pas les logements"; sécher ce qui doit l'être où et quand il le faut. C'est en soi beaucoup plus malin que de chauffer son logement ou le refroidir fortement (en ventilant) si le tourne à cet endroit et que cela induit une surconsommation de chauffage.

  2. Un déshumidificateur de ±200W peut aussi faire le travail pour désaturer l'air d'humidité et permettre un bon séchage (en plus de créer localement un mouvement d'air qui accélèrera le processus). Avec cette puissance il pourra retirer 0,25l par heure environ. Si 7kg de linge comprennent environ 2 litres d'eau il faudra quelque chose comme 8h de fonctionnement cumulé. Soit 1,6kWh  peut-être plus, peut-être moins... en fonction du rôle que jouera la ventilation naturelle et du niveau d'essorage de base. Ainsi, en combinaison d'une ventilation naturelle et d'un air extérieur froid et sec qui réduirait sa durée de fonctionnement, la consommation pourrait-être intéressante tout en apportant une garantie sur la durée de séchage et une sécurité permettant d'éviter des pics d'humidité que la ventilation naturelle seule n'offre pas. Ce sera néanmoins plus aléatoire et dépendant des conditions d'ambiance qu'un séchoir.

  3. L'usage d'un radiateur soufflant aura le même effet que le radiateur de votre buanderie couplée à un ventilateur tout en coûtant 2 à 3 fois plus. Solution qui elle-même revient à considérer la buanderie comme un gigantesque sèche-linge bricolé et pas vraiment étanche: pas franchement idéal, ni performant. Est-ce vraiment intelligent de secher toute une pièce pour 7kg de linge?

  4. Et pourquoi pas avec un radiant? c'est slowheat ça non ? Suite à une question qui nous a été posé, on s'est interrogé sur cette possibilité. Et il est vrai que dans le schéma plus haut, c'est une voie théoriquement possible pour le séchage. Cependant, cela suppose que chaque vêtement puisse faire face au radiant, ce qui devient rapidement complexe avec 7kg de linge. Au mieux, on peut le placer en dessous d'un tancarville pour générer un tirage local entre les vêtements... Mais, à nouveau, chauffer un linge dans une pièce pour le sécher envoie toute son humidité dans l'air environnant. Il faudra donc bien ventiler, même dans ce cas. Et tant qu'à ventiler on pourrait s'en contenter pour le séchage, sans radiant.

Finalement, le mieux sera de le faire sécher à l'abri dehors quand c'est possible ou dedans si on ventile bien et que cela n'induit pas de surconsommation de chauffage. Si ce n'est pas possible, le faire dans une petite boite fermée et performante (le sèche-linge) est la voie la plus intelligente. S'attaquer au vrai problème : l'humidité, pas la température, peut encore se faire avec un déshumidificateur mais ce ne sera pas nécessairement plus efficace qu'au sèche-linge (dans la plupart des cas).

Notons encore que toutes les mailles textiles ne se valent pas. Certaines abritent mieux les bactéries que d'autres, certaines se lavent mieux et d'autres se laissent plus facilement traverser par l'air pour sécher plus vite.

D'expérience, en jonglant entre le séchage naturel et le sèche-linge en fonction des impératifs, de la météo, des possibilités du logement et de la taille du ménage il n'y a pas de raison d'avoir des soucis si le logement est sain (voir vidéo sur le froid et l'humidité). Alors oui, le linge met parfois deux jours à sécher mais si on a le temps, que la machine est clean, le linge bien lavé et que la pièce est fraiche, sèche (<65%HR) et bien ventilée tout se passera bien et le linge sentira bon.


D'autre tips ou connaissances à diffuser? Partagez-les et nous mettrons l'article à jour !

3 229 vues

Posts récents

bottom of page