top of page

Se coordonner avec ses cohabitants (et invités)

Et oui ! Entamer une démarche de transition de ce type, cela ne concerne pas que vous mais bien l'ensemble de vos cohabitants !

L'important sera de pouvoir se coordonner et se motiver en partageant ensemble ses ressentis, ses réussites et ses erreurs.

S'il faudra négocier ensemble la façon d'effectuer pas à pas ces changements, le fait d'être ensemble donne également de la force, de la créativité et de l'intelligence au processus. Avec de la bonne volonté d'un côté et de la bienveillance de l'autre, vous avez toutes les chances de vous mettre en action !



Se coordonner en famille ou entre cohabitants.

Par définition, la majeure partie du temps on partage le logement avec ses cohabitants.

Il est donc important que cette démarche puisse se poursuivre en leur présence. dans le cas contraire, vous ne pourrez l'explorer que quelques heures à gauche à droite. En fonction de comment vous le sentez, cela permettra soit de les inciter à vous suivre soit cela sera de nature à renforcer le gap entre vous. Vous seuls pouvez sentir quoi faire.

Ce que nous vous invitons donc à faire c'est de vous rassembler, identifier qui a le plus de difficulté à se projeter dans ce changement et travailler ensuite ensemble à encourager et aider cette personne.

C'est un peu comme si vous vouliez faire une balade en montagne tous ensemble et que l'un de vous avait des appréhensions, du mal à se mettre en mouvement ou des difficultés à suivre : nous le rassurerions, nous l'encouragerions, nous nous engagerions à aller à son rythme, à porter son sac dans les montés...

Et normalement, après quelque temps, quand les appréhension sont levées et qu'on est en route vous pourrez progressivement monter le rythme.

L'idée ne doit jamais être d'aller contre la volonté de quelqu'un ou au delà des efforts choisis par chacun mais d'accepter d'essayer et de constamment imaginer ensemble comment lever chacun des obstacles sur notre route.


Concrètement comme peut-on mettre cela en place pour avancer?

  1. Identifiez les pièces partagées durant de longs moments (pièces de vie en général)

  2. Identifiez les pièces partagées durant des temps brefs (couloirs, salle de bain, WC, hall d'entrée...)

  3. Identifiez les pièces qui ne sont quasi "attitrées" dans l'organisation de la famille (chambres et parfois atelier, dressing, cuisine, salle de jeu, bureau...)

Vous pouvez alors définir des rythmes différents en fonction des pièces. Par exemple, dans un premier temps on ne touche pas aux 20°C des pièces de vie mais on va mettre les pièces de passage à 18°C (ce qui permettra déjà un peu d'acclimatation!). Dans le même temps le bureau de X et la chambre de Y peuvent déjà se contenter de 15°C car Z, qui est plus frileux, n'y vient pas.


Dans ce cas de figure "Z" devrait pouvoir gouter à la démarche sans pour autant trop se mouiller.

Servez-vous ensuite de la fiche "démarrer la baisse des température" pour poursuivre l'aventure pas à pas, en continuant de différencier les efforts entre ces différents lieux et en restant attentifs aux difficultés de "Z".


Cette façon de faire permet à chacun de progresser à son rythme tout en étant coordonnés. En avançant, s'il est soutenu, qu'il est entouré de gens que l'inspirent à aller plus loin, s'il s'acclimate progressivement en allant dans les autres pièces, s'il reçoit un nouveau pull trop beau et trop chaud, il y a de bonnes chances que vous puissiez pousser un peu plus bas le thermostat des pièces partagées.


Faut-il se coordonner avec les invités ?

A ce stade, vous expérimentez (ce sera différent quand cela deviendra un nouveau mode de vie) vous avez donc toute liberté de ne pas impliquer vos invités et revenir à un mode normal dans ces cas là.

Vous souhaitez quand même inclure ces tranches de vies dans vos explorations?

Dans ce cas on différenciera les amis et la famille que l'on reçoit souvent et/ou de façon décontractée de ceux que l'on reçoit avec plus de formalités.

Un Article dédié et complet se trouve dans la Phase V: pérenniser.

en fonction de la nature de votre relation, de votre feeling et de vos envies, vous pouvez opter pour:

  1. ASSUMER: Faire comme d'habitude et l'annoncer au départ. On explique au convive qu'on explore une démarche, que pour nous il fait bon mais on annonce qu'il fera peut-être froid au départ pour lui: "pense à ne pas venir en short et t-shirt". Si l'un d'eux manifeste un inconfort et qu'il rechigne à prendre un plaid, mettre son gros pull..., faites lui comprendre qu'il est ici chez lui, qu'il peut se servir et explorer avec vous. Si cela devait s'avérer un peu limite pour l'invité mais que vous décidez de ne pas allumer le système de chauffage, il est généralement bon de prendre le temps d'expliquer la démarche et la raison de cela. Cette démarche à l'avantage de la clarté et de faire passer le message que la situation est grave, de ne pas transiger avec des choses aussi importantes. Par contre, vos convives pourraient ne pas encore être prêts à ce niveau de détermination et avoir tendance à moins venir en hiver. D'autres pourraient se braquer. Tout le monde n'est pas prêt à explorer. Certains le seront, à vous de jauger.

  2. ESSAYER: Annoncer la couleur dès le départ mais allumer s'il faut: Si après avoir parler de vos explorations, avoir partagé un plaid... les solutions ne sont pas suffisantes ou pas adaptées, et que votre convive a toujours froid, on peut tout à fait envisager de réchauffer la pièce de réception. Ce n'est pas un soir par-ci par-là qui va plomber vos factures ou le climat, au contraire: en étant ouvert, tolérant et accueillant avec vos convives (qui ne sont pas forcement dans la même démarche que vous), vous pourrez plus facilement entamer une discussion sur le sujet, leur expliquer les bénéfices et éventuellement les convaincre de se lancer dans une démarche similaire.

  3. COUPER LA POIRE EN DEUX: Mettre une température intermédiaire: trop chaude pour vous, un peu juste pour vos convives. Vous expliquerez, si la discussion arrive, que d'habitude vous ne chauffez pas mais que pour les recevoir vous avez fait un exception. Veillez à ce que ce soit acceptable pour eux. Cette méthode à l'avantage de ne pas vous faire sortir vos plaids du placard, le pull du convive doit suffire, tout en permettant quand même d'en discuter. (La situation actuelle rend cette option plus acceptée qu'au début du projet en 2020)

  4. SORTIR LE JOKER: Je mets une température confortable élevée pour ne pas être embêté par une remarque ou l'autre. Cette option est généralement choisie pour les invités "importants" et les grandes occasions. Comme pour le point 2, ce n'est pas un soir par-ci par-là qui va plomber vos factures ou le climat. Dans certains cas, si la discussion du chauffage survient et que vous êtes amenés à dire que vous chauffez beaucoup moins d'habitude, vos convives pourraient même se sentir un peu responsables de la consommation en cours voir vous inviter à baisser le thermostat. Voilà également un beau départ pour une discussion.

Dans tous les cas, la discussion est la meilleure des méthodes. Elle permet de trouver un compromis, d'expliquer la démarche et de rendre chacun des occupants acteur de son équilibre thermique. Pour les invités réguliers, nous vous suggérons de les inclure dans la réflexion: "comment on fait pour à la fois respecter mon envie d'explorer et moins consommer et tes envies (qui peuvent être raccord ou non) ?"

344 vues

Posts récents

Comments


bottom of page